EHETXS

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Electrosensible - Page 3

  • Nanoparticules de Dioxyde de Titane dénoncées

    Enfin !

    José Bové déclare sur BFM TV: « Je dis aux gens qui nous regardent : vous n’avez pas besoin de bouffer cette merde ! »

    On pourrait ajouter à cette liste presque tous les médicaments enrobés de cette même matière ainsi que presque tous les dentifrices: (colorant alimentaire E171 - cosmétiques Cl 77891).

    Voici la vidéo: José Bové accuse les M&M’s d’être cancérigènes (vidéo)

    Extrait:

    Les boules chocolatées multicolores contiennent des nanoparticules de dioxyde de titane, un colorant nocif pour la santé. « Les seules études qui ont été faites par des laboratoires français et suisses ont montré jusqu’à présent qu’il y avait des risques de cancer », a expliqué José Bové à Jean-Jacques Bourdin.«  Il n’y a eu aucune autorisation de mise sur le marché, c’est l’industrie qui impose ça. » Il a également pointé du doigt les chewing-gum Hollywood.

  • France: Les maladies environnementales à l'assemblée nationale le 16 octobre 2014

    Colloque Crise sanitaire des maladies chroniques

    "Les maladies environnementales émergentes nous alertent"

    Assemblée nationale

    16 octobre 2014

     

     

  • Document de la NASA de 1981

    Ce nouvel article confirme une fois de plus mon témoignage (voir : ici).  

    Au point de vue des analyses de sang, il est remarquable de noter qu’en 1981 la NASA avait déjà noté une nette augmentation de l’histamine sanguin des personnes EHS.  

    En 2011, ma propre analyse de sang a révélé une augmentation anormale de mon taux en histamine (4,5 fois supérieure à la normale).

  • Nouvelle confirmation de mon témoignage

    Mon témoignage est maintenant définitivement confirmé par une nouvelle étude disponible dans journal Experimental Oncology de septembre 2013

    Voir également le lien de Teslabel : Augmentation des radicaux libres sous exposition gsm de faible intensité.

    Voici ce que j'avais déjà écrit le 2.10.2005 en conclusion de mon témoignage:

    "Le stress oxydatif et les ondes : pour moi, il est la clé du problème. Mon bien-être est directement corrélé à la prise d’antioxydant et à des protections physiques (cage de Faraday ou protection encéphalique) lorsque je suis exposé à des champs électromagnétiques."

    Les conclusions de l'AFFSET en 2009 allait déjà dans ce sens: voir cet article sur mon blog: Rapport de l'Affset.

  • Dioxide de Titane

    Un nouvel article sur www.passeportsante.net confirme ce que j'écrivais il y a quelques années.

    Extrait:

    Il faut savoir que les fabricants de produits solaires ont réduit la grosseur des molécules de dioxyde de titane à des nanoparticules pour des raisons esthétiques. Résultat : le dioxyde de titane ne laisse plus de traces blanches sur la peau. Mais ce procédé peut-il avoir des conséquences néfastes sur la santé?

    Oui, selon un chimiste québécois établi à Miami. Le chercheur Roger Leblanc est arrivé à la conclusion que les nanoparticules réussissaient à s’infiltrer dans la circulation sanguine. Lors de tests en éprouvettes, le dioxyde de titane aurait causé la formation de cellules cancéreuses6-7. De plus, selon ses résultats, le dioxyde de titane absorberait une partie des rayons UV plutôt que de les réfléchir, entraînant la production de radicaux libres qui peuvent contribuer à l’apparition de plusieurs maladies et au vieillissement.

    Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé le dioxyde de titane « cancérogène possible » pour les personnes exposées aux poussières de dioxyde de titane. Les études sur l’application de produits solaires avec de l’oxyde de titane sur des peaux saines ont cependant révélé que les nanoparticules ne traverseraient pas la couche superficielle de la peau, rapporte le CIRC8. Aucun essai n’a toutefois été fait sur des peaux fragilisées.

    De son côté, la chercheuse montréalaise Madeleine Bird déplore que les fabricants de crèmes solaires ne soient pas obligés d’indiquer la présence de nanoparticules dans leurs produits : « C’est comme pour les OGM au Canada, les consommateurs ne peuvent pas faire de choix éclairé parce que l’information n’est pas sur le produit. »