EHETXS

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Bienvenue

    Je vous invite à découvrir mon site, utilisez les liens dans la colonne de gauche sous la rubrique "Catégories".

    Cette maladie ou allergie n'est pas reconnue.

    La Suède et la Grande-Bretagne semblent plus à l'écoute de ces souffrances.

    La Suède, qui compte près de 300.000 électrosensibles, semble offrir un réel soutien aux électrosensibles (Blindage des maisons, déménagement dans des zones protégées, obligation des employeurs à mettre à disposition des locaux protégés, …).

    Dans un premier temps, j'étais motivé par cette technologie. Je suis informaticien et la perspective des réseaux sans fil disponibles tout le temps et partout m'émerveillait.

    En janvier 2004, j'ai installé un réseau Wifi à la maison. C'est à ce moment que j'ai compris d'où provenaient mes problèmes de santé.

    Après beaucoup de recherches sur le plan médical et de mise en place de protections, j'étais guéri. En septembre 2005, c'était formidable. J'avais dompté mes problèmes. A ce moment, j'en voulais plus à la chimie et aux risques que l'industrie alimentaire et pharmaceutique nous faisait courir (à cause de mon intolérance au Dioxyde de Titane (en anglais) - colorant alimentaire E171 - cosmétiques Cl 77891).

    Fin octobre 2005, j'ai replongé de plus belle. Les effets étaient encore plus violent. Aujourd'hui, mon premier souci est de fuir ce monde sans fil. A terme, le constat est effrayant : je serais condamné à vivre dans une cage de Faraday.

    Le problème qui se pose aujourd'hui est un problème de fond. Il n'est pas seulement lié aux ondes.

    Où va nous mener cette société dont la seule motivation est l'argent ?

    Je vous invite à parcourir mon site. Il y a plusieurs lignes du temps (mon témoignage, Cage de Faraday, réflexions, à la une, …).

    Il est urgent que l'électrosensiblité soit reconnue comme handicap.

    Il m'a fallu quatre longues années avant de faire mon auto-diagnostic. Combien de personnes se sont-elles suicidées sans comprendre ce qui leur arrivait ?

    Ce site veut être une ouverture à un vrai débat. 

    Merci pour votre soutien et vos commentaires.

    Summary of my testimony in english

     

    Je vous invite également à prendre régulièrement connaissance de ma liste de partage :

     

  • Résumé

    1996/97 : Eczéma inexpliqué au visage (de 1984 à 1996 : travail sur écran à tube cathodique plus de 8 heures par jours – après 1998 travail sur écran LCD)

    2000 à 2004 : dégradation progressive de mon état de santé en ce qui concerne les symptômes suivants: insomnies, nervosité, irritabilité, vertiges et maux de tête  (exposition progressive à - téléphone DECT et détecteurs de mouvement pour une alarme (2000) - Antenne GSM (900Mhz) en 2003 à 250 mètres de mon domicile).

    fin 2004 : congé de maladie - Insomnies totales et permanentes, état d'épuisement total, fatigue, aucune motivation (Syndrome de Fatigue Chronique) (exposition presque permanente à un réseau Wifi à mon domicile et sur mon endroit de travail)

    Début 2005: Aménagement d'une cage de Faraday autour de mon lit (réduction de 25dB - mesure IBPT).  Pendant la journée protection encéphalique (casquette de protection).  Sommeil récupérateur, plus aucune insomnie.

    Juin 2005 : Guérision totale - reste un problème coeur-poumon (gêne) - Abandon de la cage de Faraday, deux semaines plus tard réapparition de mes problèmes de sommeil et dégradation de mon état de santé.  Ré-aménagement de la cage de Faraday.

    Fin octobre 2005 : Je ne peux plus rester sur mon endroit de travail (maux de tête, vertiges, douleurs musculaires, toux et, malgré la cage de Faraday insomnie totale avec maux de tête insupportables après une journée d'exposition sur mon lieu de travail).  (Exposition au nouveau réseau UMTS ou 3G depuis début octobre)

    Depuis novembre 2005 : Je travaille depuis la maison - disparition des symptômes.  Vertiges, douleurs musculaires à mon endroit de travail quand j'y reste plus d'une journée.

    Depuis Août 2006 : douleurs musculaires persistantes mais mon état général est très bon excepté sur mon endroit de travail. Symptômes en intensité variable après une présence de quelques heures sur mon endroit de travail.  (en plus de la 3G présence d'un réseau Wifi.  Je me suis rendu compte que la gravité de mes symptômes dépendait de la place où je me trouvais (collègue utilisant le Wifi ou d'autres utilisant du Bluetooth ou les deux - beaucoup de mes collègues installent la 3G sur leur PC).

  • Mon niveau d'exposition aux CEM

    J'ai effectué les mesures sur mon lieu de travail et à mon domicile.  Ces mesures ont été effectuées au moyen d'un appareil étalonné de la marque AARONIA positionné en mode PEAK (crêtes).  Il s'agit du modèle HF-Detektor II Profi.

    Sur mon endroit de travail je subis l'Umts ainsi que le Wifi.  La valeur maximum est de -34 dBm (0,13 V/m) et la valeur minimum est de -60 dBm (0,0068 V/m) soit un delta de 0,1232 V/m.

    L'endroit où je me trouvais avant et où je me sentais plus mal est légèrement plus exposé (min : -51 dBm (0,019 V/m), max : -30 dBm (0,21 V/m) – delta=0,191 V/m).

    La cafétéria où je me sens bien et en repos par rapport à mon bureau est beaucoup moins exposée (min : -60 dBm, max : -47 dBm (0,03 V/m)).

    Actuellement à mon domicile et dans ma pièce qui me sert de bureau, je ne subis qu'un seul signal de téléphonie mobile à 900 Mhz.  J'ai mesuré un maximum de -43 dBm (0,048 V/m) et un minimum de 56 dBm (0,011 V/m).  Sans protection aux fenêtres, j'obtiens une valeur -34dBm (0,13 V/m).  La mesure de l'IBPT donnait 0,17 V/m.  Cette différence est certainement due au manque de précision du détecteur.  En effet, il passe de 0,13 V/m à 0,21 V/m en un seul pallier.

    Il est remarquable de noter que sur mon endroit de travail, le signal varie constamment et est en dents de scie.  Il varie sans cesse entre les valeurs mesurées et à une fréquence très rapide (soit une variation de 0,1232 V/m), et ce, sans bouger le détecteur.

    Par contre, à mon domicile, il n'y a pas de variation.  Les valeurs minimum et maximum ont été observées en différent endroits de la pièce en déplaçant le détecteur.  Sans déplacer le détecteur, il indique toujours la même valeur.

    Cette constatation m'amène à conclure qu'une intensité fortement variable est certainement plus difficile à supporter.  Le corps subit littéralement des coups de mitraillettes incessants.  Une intensité constante est certainement plus douce pour l'organisme, mais certainement non moins dommageable sur le long terme.  Je crois également que la fréquence doit jouer un rôle.  Les hautes fréquences sont plus violentes.  Pour rappel, je limite mon temps sur mon endroit de travail à quelques heures.  Dès que je reste plus longtemps je le paie cash.

    J'en ai profité également pour mesurer mon ancien téléphone DECT.  Il s'agit du modèle Gigaset 2011 de la marque Siemens.  Lorsque je place le détecteur sur l'antenne, il détecte une exposition entre 0 et -8 dBm soit une valeur comprise entre 6,8 V/m et 2,7 V/m.  A un mètre il indique une puissance de -17 dBm (0,95 V/m), à quatre mètre -26 dBm (0,34 V/m).

    Je suis très étonné de ces valeurs qui me paraissent très basses (excepté pour le téléphone DECT).